Voyage en Laponie

Jean-François Regnard

Préface de Philippe Geslin

196 pages
format 13 x 21.5
ISBN 978-2-84679-085-7

Prix public 14 €

Ce voyage en Laponie constitue un document remarquable et le témoignage précieux d’un homme hors du commun sur son siècle.

Contemporain de Molière, Jean-François Regnard est surtout connu du public pour ses pièces de théâtre (Le Joueur 1696 ; Le légataire universel 1708)
Réalisé sans grande préparation, lors de son passage en Suède, Le voyage en Laponie, effectué en 1681, nous offre le meilleur exemple de ce Regnard méconnu.
Parcourant plaines et marais, franchissant Fjords et lacs, il atteindra même le Cap Nord, Regnard porte un regard surpris mais ouvert sur la société lapone.

C’est l’un des tout premier texte sur une région inconnue et sur laquelle courait légendes et récits fantastiques invraisemblables.

Rédigé sous forme épistolaire (chère à l’époque), ce texte est un exemple parfait du récit de voyage tel que le siècle finissant le concevait.
Réflexions philosophiques, anecdotes savoureuses, surprises feintes devant l’étrangeté des mœurs, descriptions teintées d’incompréhension, tout dans ce document trahit l’ethnocentrisme de l’Occident redécouvrant « l’Autre ». En ce sens, Voyage en Laponie est un exemple important des mentalités de l’Europe de la fin du 17em face aux « Mondes exotiques ».

Ce Témoignage direct et rare de la vie quotidienne reste cependant un précieux document sur la société lapone de l’époque.
La préface et les commentaires ont été rédigés par Philippe Geslin, ethnologue et professeur à la Haute Ecole spécialisée te à l’Institut d’ethnologie de Neuchâtel, Suisse.

L’Auteur :
Dramaturge français (1655—1709)
Jean-François Regnard est né à Paris dans une famille de commerçants aisés. Son père, mort jeune, lui laisse une immense fortune, qu'il emploie à voyager.

« D'Italie à Constantinople, d'une rive à l'autre de la Méditerranée, il se retrouve prisonnier des pirates barbaresques en 1678 et vendu comme esclave à Alger. Libéré contre rançon, quelques mois plus tard, il ne rentre à Paris que pour repartir, en avril 1681, cette fois pour l'Europe du Nord pour un périple en Laponie.
De son expérience du Grand Nord, il publie « Voyage de Laponie, sans doute composé dès son retour vers 1682-1683, mais qui ne paraîtra qu'en 1731.

De retour à Paris, il achète une charge de trésorier de France, qui, tout en lui faisant une position très honorable dans la noblesse de robe, lui laisse tout loisir de se consacrer à la littérature. Dès 1688, il écrit pour le théâtre, pour les Comédiens Italiens, des arlequinades et pièces à tiroir où il exerce une verve endiablée et un sens inné du comique.
Il connaîtra son apogée en 1708 avec son plus grand succès : Le légataire universel. Il meurt au château de Grillon, près de Dourdan, en 1709..


Télécharger