Des personnages aux patronymes déroutants (Dubœuf, Duroc, Dutronc, Dural, Ducid…). Un mystérieux assassin, Machin, qui, bien que décédé, dégomme ses victimes au 24 x 36 (appareil photo), tandis que l’inspecteur Duquel boit des Alka-Seltzer à la chantilly, dépassé par une série de meurtres qui le devancent à chaque page… Sans compter les bizarreries typographiques : pages numérotées à l’envers, chapitres qui redescendent au milieu du livre ! Tout semble fait pour égarer le lecteur… Mais est-ce vraiment un hasard ?

Publié en 1979, ce « polar » inclassable figure dans la bibliothèque idéale de nombreux critiques du genre : « Premier polar potentiel », pour Michel Lebrun (Almanach du crime). « Exercice de voltige mené tambour battant », pour Jacques Baudou (Enigmatika). « Le livre se place sous une double bannière : celle de Lewis Carroll et celle de l’Oulipo », pour François Guérif (Polar).


Cet « hétéroclite du roman policier », pour reprendre les termes de Roland Sapiens ( Outre Alice crime, on lui doit Pompe le Mousse et Les Celtes mercenaires, qui parurent en 1982 dans la mythique collection la Brigandine.

Gang), fut couronné, lors de sa première publication, par le prix de l’Autosatisfaction. Comme l’exprime avec justesse le proverbe hurlbarbien : « Mieux vaut rire avec les fous que mourir de fou rire. »

Hurl Barbe serait né, selon ses propres assertions, en septembre 1976, sur les marches d’une Agence nationale pour l’emploi : un enfant du (vingtième) siècle, en quelque sorte !

Très précoce, il compose son premier ouvrage à l’âge d’un mois et demi, récidive à cinq, et disparaît tragiquement avec la dernière page de son ultime roman, à peine vieux de neuf mois.

Télécharger


Alice crime

Hurl Barbe

176 pages
format 13 x 21
ISBN
9782846790178
Prix public 12 €